"Construit par une syntaxe de modularités, de superpositions et reports de réseaux, de trames quadrillées, de proximités, mais aussi par les gestes de la coloration, le polyptyque affirme un entre-deux, une faille, une ligne de partage."

Alain Macaire, 1992


"On ne peut plus guère alors parler de grille mais de marquage coloré distribuant des pans de peinture dont la structure orthogonale préserve un langage pictural qui a à voir avec un certain modernisme, mais qui en appelle plus au rythme musical qu'au réseau géométrique."

Michelle Debat, 2004